Archives d’Auteur: ecrivainpublicmbc

Nouvelle permanence à Mons !

 

2019 - Ecrivain public Mons - Affiche A4 (def) [mail]

Publicités
Catégories : Ateliers d'écriture | Poster un commentaire

Une nouvelle permanence « écrivain public » s’ouvre à Colfontaine

Permanences EP - Guichet social de Colfontaine

Catégories : Ateliers d'écriture | Poster un commentaire

La formation des écrivains publics à Mons : les images

Notre formation de base  » Ecrivain public  » s’est achevée en décembre dernier à Mons.

Un très grand cru ! Une aventure humaine, pleine d’enthousiasme et de découvertes.

Et à l’arrivée, 16 personnes « estampillées » Ecrivain·e public·que et porteur·se·s de beaux projets.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catégories : Nos formations | Poster un commentaire

Devoir de mémoire… toute une Histoire

Les écrivains publics de Mons-Borinage ont participé à la reconstitution de la bataille de Blaregnies le samedi 23 septembre 2017 après-midi. Des troupes allemandes, des FFI et deux chars, l’un panzer, l’autre Sherman, qui se faisaient face ont rendu cette évocation très crédible. Un devoir de mémoire rendu possible par un groupe de passionnés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catégories : Evénements | Poster un commentaire

On parle du réseau des écrivains publics Mons-Borinage et de « Murmures de la Rue »…

…dans le quotidien Sud Presse du 13 mai 2017…

 

Catégories : Collecte de récits de vie | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Les images de la conférence autour de « Murmures de la rue »

L’Asbl P.A.C., courroie de transmission entre le monde politique et associatif, via le Réseau des Écrivains Publics de Mons-Borinage, s’est voulue partie prenante d’une interaction avec le centre montois d’accueil de jour pour SDF, dénommé L’Escale, en proposant un réel espace d’expression aux plus démunis.

Sans tomber dans la facilité du déjà fait-déjà vu, il s’agissait de démontrer/démonter la représentation que se fait l’imaginaire collectif du monde de la rue.

La notion du sans-abrisme fait référence à une entité en soi qu’il faudrait traiter avant de passer à une autre problématique. Dans l’ouvrage, on préférera parler de la personne sans abri. Mieux encore, on fera la part belle à l’expression de ses ressentis, du choix de ses mots. Ensuite sera peut-être venu le moment de dépasser les clichés pour éviter de tomber dans la caricature.

Les « Sans Domicile Fixe » rencontrés ne peuplent pas spécifiquement les parkings ou autres endroits supposés où les trouver. Vous les avez certainement déjà croisés mais l’image qu’ils vous ont renvoyée avait peu de chance de vous marquer. Interpellant, non ? C’est ce qui vous sera peut-être permis de penser après avoir lu leurs propos, ce qu’ils gardent généralement en eux par pudeur, par peur de déranger ou encore par résignation à leur sort.

Murmures de la Rue
Prix du livre: 5 euros + frais de port
Collection Agir par la Culture de PAC
Auteures : Marie Demoustiez et Bernadette Joris

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catégories : Collecte de récits de vie | Étiquettes : , , , | Un commentaire

Murmures de la rue : présentation du livre le 11 mai 2017

 

L’Asbl P.A.C., courroie de transmission entre le monde politique et associatif, via le Réseau des Écrivains Publics de Mons-Borinage, se veut partie prenante d’une interaction avec le centre montois d’accueil de jour pour SDF, dénommé L’Escale, en proposant un réel espace d’expression aux plus démunis.

Sans tomber dans la facilité du déjà fait-déjà vu, il s’agit de démontrer -démonter- la représentation que se fait l’imaginaire collectif du monde de la rue.

La notion du sans-abrisme fait référence à une entité en soi qu’il faudrait traiter avant de passer à une autre problématique. Dans l’ouvrage, on préférera parler de la personne sans abri. Mieux encore, on fera la part belle à l’expression de ses ressentis, du choix de ses mots. Ensuite sera peut-être venu le moment de dépasser les clichés pour éviter de tomber dans la caricature.

Les ‘Sans Domicile Fixe’ rencontrés ne peuplent pas spécifiquement les parkings ou autres endroits supposés où les trouver. Vous les avez certainement déjà croisés mais l’image qu’ils vous ont renvoyée avait peu de chance de vous marquer. Interpellant, non ? C’est ce qui vous sera peut-être permis de penser après avoir lu/entendu leurs propos, ce qu’ils gardent généralement en eux par pudeur, par peur de déranger ou encore par résignation à leur sort.

Bienvenue !

Prix : 5 euros + frais de port

Collection Agir par la Culture de PAC
Auteures : Marie Demoustiez et Bernadette Joris

Catégories : Collecte de récits de vie | Poster un commentaire

Ecrivains publics en prison : « Il faut parfois peu de choses pour rendre la vie d’autrui plus facile… »

Cela fait déjà près de trois ans que nous, deux écrivaines publiques membres du Réseau des écrivains publics de Mons-Borinage (du PAC), officions à la prison de Mons, principalement pour les détenus masculins. Pour la première fois, une femme a sollicité notre aide récemment.

Sur un an, nous accueillons quelques dizaines de personnes. Les thèmes des courriers sont variés et plusprison généralement, il s’agit d’écrire à un avocat, au juge, à la famille, ou de préparer le texte pour se défendre au Tribunal. Un certain nombre de bénéficiaires cherchent une maison d’accueil lorsqu’un congé pénitentiaire est prévu. Pour d’autres, ils ne savent pas trop que répondre à un courrier officiel émanant d’une compagnie d’assurances de leur maison, du service fédéral traitant les taxes de circulation, etc.

Dernièrement, il nous a été demandé de définir l’utilité de notre mission. Tentons de résumer quelque peu  :

  • rédiger des courriers pour ceux qui ne savent ni lire ni écrire. À noter cependant qu’au sein de la prison existent des cours d’alphabétisation. Notre service ne s’adresse pas uniquement aux personnes ne sachant pas lire car dans le contexte particulier de leur quotidien, tous n’ont pas toujours la disposition d’esprit leur permettant de trouver les mots justes quand il s’agit de s’exprimer par écrit ;
  • lire et expliquer certains courriers dont le contenu (administratif ou judiciaire) peut être difficile à comprendre. Le plus souvent, il y a lieu d’y donner suite ;
  • rédiger des courriers préparant les modalités de la sortie de prison, notamment pour une recherche de logement car le détenu n’est pas libéré s’il ne peut justifier d’une domiciliation certaine ;
  • écrire aux enfants et petits-enfants est très important également. Il arrive que pour une raison ou l’autre, le détenu ne puisse plus les voir. Dès lors, le seul contact est une petite lettre qui permet d’exprimer leur amour pour leur progéniture ;
  • … et à terme, nous espérons pouvoir mettre en place des ateliers collectifs d’écriture.

Quelques anecdotes ?

Nous voyons à l’occasion arriver une personne avec un dossier bien ordonné, sous le bras, classeurs munis d’intercalaires et tout le nécessaire prouvant sa capacité à gérer ses papiers. Mais ce qui lui manque, c’est le recours à un ordinateur et une imprimante pour que ses courriers soient rédigés correctement.

Il serait faux de croire que le public aidé est issu d’une population, belge ou immigrée, illettrée.  Par contre, réfléchir ensemble sur le but de leur demande, les éclairer sur la façon de procéder, rappeler certaines règles dans la communication, sont certainement des missions basées principalement sur la relation humaine. Elles nous permettent de croire, pour autant que faire se peut, en notre utilité. Il est également  agréable de lire la satisfaction sur un visage à l’issue de la permanence.

Un bénéficiaire d’un certain âge vient de temps à autre pour rédiger un courrier pour ses petits-enfants. Parallèlement, il suit des cours d’alphabétisation donné par un des services externes de la prison, dont le nôtre fait partie.  Nous lui avions suggéré de tenir copie de ses courriers pour pouvoir les relire plus tard. Lors de notre dernier entretien, il a lui-même rappelé que dans un an, il pensera à nous lorsqu’il pourra enfin les lire de ses propres yeux.

Il y a peu, nous avons pu officier dans l’aile des femmes. Ce fut un peu improvisé et il a fallu rédiger le courrier à la main. La bénéficiaire a ensuite exprimé largement son contentement, son contexte moral du moment ne lui permettant plus de voir clair dans les nombreux courriers administratifs qu’elle venait de recevoir.

Il faut parfois peu de choses pour rendre la vie d’autrui plus facile…

A.C. et B.J.

Catégories : Ateliers d'écriture | Poster un commentaire

Femme ou pas, revendiquons des combats !

N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes votre vie durant. (Simone de Beauvoir) 

L’Art 27 Mons Borinage et la régionale PAC Mons Borinage ont proposé de mettre en place un projet d’écriture avec deux groupes de personnes, l’un issu de l’ASBL Entraide de Ghlin et le second du CPAS de Boussu.   

Lors de cette démarche participative, la question des droits des femmes est revenue de manière systématique à la lumière de leur vécu et de leurs expériences.

Il a donc été décidé de mettre en place des ateliers d’écriture et de réflexion autour de cette thématique.

Mais comment parlent-elles de leurs droits ? Quels sont les freins qu’elles rencontrent dans leur application ? Quelle analyse peut-on faire des inégalités qu’elles vivent en matière de droits ?

Enfin, dans un contexte marqué par les inégalités et les mesures d’austérité, quels sont les leviers à utiliser ou à mettre en place pour faire respecter les droits des femmes  ?

L’objectif consistait à :

  • s’interroger  sur les droits des femmes.  Sont-ils encore bafoués aujourd’hui ?  Sont-ils semblables dans tous les pays ? ; 
  • contrer un système dominant, en confrontant des points de vue différents ;
  • prendre conscience de la problématique et décoder les messages véhiculés par la publicité et/ou les médias ;
  • favoriser l’esprit et l’analyse critiques.

Invitation
Présence et Action Culturelles Mons-Borinage, et l’ART 27 Mons
 ont le plaisir de vous inviter au vernissage  de l’exposition

« Femme ou  pas, revendiquons des combats ! »

Mardi 7 mars à 13h30

Au Mons Memorial Museum

Rendez-vous au 51, Boulevard Dolez – 7000 Mons

Exposition visible jusque juin 2017

La/les femme(s), les combats menés par elle(s), seront exprimés et interprétés au travers d’affiches, textes et slogans lors d’ateliers d’écriture mis en place par le Réseau des écrivains publics du PAC Mons-Borinage.

Le verre de l’amitié sera offert

Au plaisir de vous rencontrer !

Catégories : Ateliers d'écriture, Conférences/Expositions | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Des choses à dire : les photos de l’exposition

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Catégories : Ateliers d'écriture | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :